Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Comtesse du Forez

Saint-Rambert (Loire, 42170)

10 Août 2017 , Rédigé par La Comtesse du Forez Publié dans #Communes Du Forez

Au XIIIe siècle, le village est cité sous le nom de " Villa Nova Pontis Ligeris Santi Ragneberti".
Au XIIIe siècle, le village est cité sous le nom de " Villa Nova Pontis Ligeris Santi Ragneberti".

Au XIIIe siècle, le village est cité sous le nom de " Villa Nova Pontis Ligeris Santi Ragneberti".

A Saint-Rambert revient le bénéfice de l'ancienneté. Son prieuré, dépendant de l'Ile Barbe, près de Lyon, est cité dès le Xe siècle. Mais la tour de l'église actuelle, à  l'origine tour de défense, offre la particularité d'avoir de très nombreux débris gallo-romains incrustés dans sa façade et qui laissent entrevoir l'existence d'un temple païen antérieur à  la fondation de l'église. Ces vestiges en remploi sont les derniers témoins d' Occiacum, nom antique de la petite ville que perpétue encore une de ses rues actuelles. Son église du XIe siècle fut détruite, l'église actuelle datant de 1828..

Saint-Rambert possédait un port sur la Loire, sans doute même depuis l'époque gauloise. Mais son développement, en même temps que celui du village de Saint-Just-sur-Loire sur sa rive droite, fut bien plus tardif et lié à  l'exploitation du charbon du bassin stéphanois. Ce n'est vraiment qu'au XVIIIe siècle, avec la batellerie, que les deux rives prospérèrent grâce aux eaux du fleuves rendues navigables entre Roanne et Saint-Just en 1705. Les barques, nommées « rambertes » ou « sapines », transportaient le charbon de Roche-la-Molière et Saint-Etienne en direction de Roanne et au-delà. Deux industries allaient aussi se créer plus tard à  Saint-Just : une teinturerie et une verrerie.

La rive gauche prit le nom de Saint-André-des-Olmes quand douze moines bénédictins dépendant du monastère de l'lle Barbe s'y installèrent au VIIIe siècle et construisirent d'abord la chapelle qui est mentionnée sous le nom de chapelle Saint-Jean à  partir de 1307. Une autre chapelle, sous le patronage de saint Côme, est citée dès 971. Le Cloître, c'est sur les ruines d'un temple romain, que les moines entreprirent de l'élever. Ils le dédièrent d'abord à  saint André. Ce n'est qu'à  partir de 1078 que le prieuré et la cité prirent le nom de Saint-Rambert, tout simplement parce que les reliques du saint y furent amenées. 

C'est le prieur de Saint-Rambert qui était à  la tête de la seigneurie qui s'étendait aussi sur quelques paroisses voisines. A ce titre, il nommait le curé de la cité et les chanoines du prieuré. Il avait aussi toute justice, haute, moyenne et basse et même "dernier supplice" sur Saint-Rambert et les paroisses voisines. Ce droit de justice pouvait aller jusqu'à  la peine de mort. Le prieuré rambertois était le seul parmi les monastères foréziens à  avoir le privilège de faire exécuter sur ses terres les sentences rendues par son seigneur. Aujourd'hui encore, le mur de la "porte des Lions" garde gravé le souvenir de ce droit de justice: un lion et un dragon. Son "droit de ban" lui permettait aussi la levée d'impôts sur les fours et moulins. 

La première mention du pont (en bois) sur la Loire, source de revenus importants, daterait de 1258 mais il semblerait qu'un bac eut existé dès l'époque gallo-romaine. En 1264, une dispense de péage fut étendue à  tous les habitants de la cité. Les religieux eux, bénéficiaient depuis longtemps déjà  d'une exemption pour leur passage ainsi que pour celui de leurs serviteurs habitant Saint-Rambert et de leurs animaux. Un pont en pierre aurait été construit (ou restauré ?) en 1395. On sait aussi qu'au XVIe siècle, l'archevêque de Lyon, membre de la Ligue, aurait fait détruire le pont pour retarder l'entrée des troupes royales en Forez. Il aurait été emporté à  nouveau, cette fois par une crue vers 1608 et à  nouveau vers 1630, selon Auguste Bernard.

La situation géographique de Saint-Rambert fit de la cité un lieu de passage et participa de  sa relative prospérité. Un marché qui s'y tenait le jeudi y fut créé en 1198 par le Comte de Forez Gui II et il y est fait mention d'un hôpital pour les pauvres dès 1316. Elle en faisait aussi une proie pour les bandes de pillards. Ainsi la cité fut prise par les Anglais et pillée en janvier 1388 par les Routiers qui écumaient la région. La cité devait compter alors environ un millier d'âmes, comme Sury ou Feurs. Elle connut aussi plus tard - et c'est bien plus réjouissant - la visite du futur roi Charles VII (1420) et surtout de François Ier, en route vers Montbrison (1536). 

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Le château Gaillard: Cette partie adossée aux murailles appartenait aux comtes de Chevrières. Jean-Baptiste Louis Andrault, marquis de Maulévrier et comte de Chevrières, maréchal de France et chevalier de la Toison d'Or vendit ces bâtiments à la famille de Saint-Méras en 1751. Après la Révolution, la famille de Meaux en fut la détentrice jusqu'en 1860 quand elle les vendit à Jean Deschaud, propriétaire et maître maçon.
Le château Gaillard: Cette partie adossée aux murailles appartenait aux comtes de Chevrières. Jean-Baptiste Louis Andrault, marquis de Maulévrier et comte de Chevrières, maréchal de France et chevalier de la Toison d'Or vendit ces bâtiments à la famille de Saint-Méras en 1751. Après la Révolution, la famille de Meaux en fut la détentrice jusqu'en 1860 quand elle les vendit à Jean Deschaud, propriétaire et maître maçon.
Le château Gaillard: Cette partie adossée aux murailles appartenait aux comtes de Chevrières. Jean-Baptiste Louis Andrault, marquis de Maulévrier et comte de Chevrières, maréchal de France et chevalier de la Toison d'Or vendit ces bâtiments à la famille de Saint-Méras en 1751. Après la Révolution, la famille de Meaux en fut la détentrice jusqu'en 1860 quand elle les vendit à Jean Deschaud, propriétaire et maître maçon.
Le château Gaillard: Cette partie adossée aux murailles appartenait aux comtes de Chevrières. Jean-Baptiste Louis Andrault, marquis de Maulévrier et comte de Chevrières, maréchal de France et chevalier de la Toison d'Or vendit ces bâtiments à la famille de Saint-Méras en 1751. Après la Révolution, la famille de Meaux en fut la détentrice jusqu'en 1860 quand elle les vendit à Jean Deschaud, propriétaire et maître maçon.

Le château Gaillard: Cette partie adossée aux murailles appartenait aux comtes de Chevrières. Jean-Baptiste Louis Andrault, marquis de Maulévrier et comte de Chevrières, maréchal de France et chevalier de la Toison d'Or vendit ces bâtiments à la famille de Saint-Méras en 1751. Après la Révolution, la famille de Meaux en fut la détentrice jusqu'en 1860 quand elle les vendit à Jean Deschaud, propriétaire et maître maçon.

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
la copie est installée au-dessus de la porte mais la véritable statue en bois est gardée dans le musée des civilisations
la copie est installée au-dessus de la porte mais la véritable statue en bois est gardée dans le musée des civilisations
la copie est installée au-dessus de la porte mais la véritable statue en bois est gardée dans le musée des civilisations
la copie est installée au-dessus de la porte mais la véritable statue en bois est gardée dans le musée des civilisations

la copie est installée au-dessus de la porte mais la véritable statue en bois est gardée dans le musée des civilisations

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.
La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.

La chapelle Saint-Jean, à  côté de l'église servit par la suite de baptistère jusqu'en 1828.

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
L'ancienne Porte latérale à l'époque servait de porte d'entrée de l'église et maintenant condamnée
L'ancienne Porte latérale à l'époque servait de porte d'entrée de l'église et maintenant condamnée
L'ancienne Porte latérale à l'époque servait de porte d'entrée de l'église et maintenant condamnée

L'ancienne Porte latérale à l'époque servait de porte d'entrée de l'église et maintenant condamnée

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Entrez dans l'église

Entrez dans l'église

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Les reliques de Saint André
Les reliques de Saint André
Les reliques de Saint André

Les reliques de Saint André

Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Saint-Rambert (Loire, 42170)
Fin de la visite de Saint-Rambert ..........

Fin de la visite de Saint-Rambert ..........

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article